Présentation

« Des frérots, des poteaux

  Pas de sang mais de sens

  Pas l’même ADN dans les veines

  Mais le même oui à la vie même » in "Les Frérots" ©Arnaud Roman

 

Même s’ils s’inscrivent dans une tradition des duos dans la chanson, Les Frérots ont cette particularité qu’ils semblent chanter d’une seule voix, notamment grâce à leurs "découpages" qui semblent parfois s’apparenter à ce que font les rappeurs.

Le genre "chanson française" est sans doute ce qui convient le mieux pour les décrire, parce que le texte a une importance fondamentale. Cependant, la qualité mélodique et harmonique des compositions est aussi importante du fait d’un univers musical varié, mêlant chanson, musette, classique et jazz. Pour résumer, c’est de la chanson française riche de nuances grâce à des arrangements délicats.

C'est toute une palette de sentiments qui est présentée, du rire aux larmes, de la chanson intimiste à celle "coup de gueule", chanson réaliste, sociale, d’amitié, mais aussi chanson ou transparait l’amour au revers de la pudeur. Car Arnaud et Gino ont ce côté impudique de la pudeur des gens qui sont faits pour la scène et réciproquement...

L’un vient de la rue, l’autre de l’institutionnel, l’un est Hardy, l’autre est Laurel, ils ont tout deux la puissance, la fragilité et la puissance de la fragilité.

 

 

"Mi-Piaf mi-chat, Les Frérots c’est des fratern’ailes, des gueules de lune avec accroché au croissant du rire, des chansons de choix, belles, tendres, méchantes et rebelles…

Les Frérots c’est des fratern’ailes, la voix belle et le geste sûr, de l’amour et du voyoux.

Les Frérots c’est l’comptoir des amitiés, venez-y trinquer à la cervelle, secouez-y vos pulpes. Il y a de l’art en eux, c’est du fratern’aile."

 

Allain LEPREST